Bien nourrir mon corps et apaiser mon âme

Pâtes céréales, pesto d’épinards, sardines grillées et lime

Dans mon processus sophrologique, j’ai affiné l’analyse de mes besoins et j’ai pris conscience de la nécessité de prendre du repos (tant mental, que physique) et de modifier mes habitudes alimentaires, afin d’harmoniser mon corps et mon esprit.

Tandis que la médecine traditionnelle chinoise reconnaît depuis des millénaires, l’incidence de nos aliments sur notre bien-être, le monde occidental apporte un autre éclairage, issu des études scientifiques récentes.

Les aliments sont constitués de propriétés thérapeutiques diverses et permettent de renouveler le stockage des molécules de notre cerveau qui fabriquent des neuromédiateurs (assurant la transmission d’influx nerveux). Ils préviennent toutes maladies cardio-vasculaires, cancers, etc.

Il y a plus d’un an, une rencontre avec un médecin-nutritionniste adepte de médecine quantique et suggérant une approche plus holistique, m’a permis de transformer de façon considérable, mon alimentation.

Les excès et les apports toxiques ont été bannis, définitivement. Ainsi, je ne fume plus, je ne consomme plus d’alcool à outrance et j’honore de plus en plus mon corps.

Pour contrer la tristesse et renforcer mon estime de moi-même, j’ai réduit le sucre, supprimant progressivement le sucre raffiné.

Je m’autorise de temps à autre, un carré de chocolat, un œuf, de la noix de coco, une banane, du riz afin de produire suffisamment de sérotonine.

Une prise de sang a révélé une carence très forte en oméga (3-6-7-9). Or, ces molécules sont indispensables à notre bonne humeur et notre bonne santé. Ainsi, le poisson est consommé de façon régulière. Puissant antidépresseur naturel, il permet de booster ma réflexion, ma mémoire et ma créativité.

J’ai intégré les nutriments riches en vitamine E, tels que les épinards, les noix, les tomates, etc. afin de retrouver un fonctionnement neuronal optimal (avec des connexions plus fluides) et réduire mon taux de cortisol qui était très élevé.

J’apporte de la vitamine D à mon corps, par la consommation de saumon et de sardines.

J’apporte à mon corps, le juste équilibre en magnésium (pois chiches, avocats, chocolat noir), calcium (produits laitiers, épinards, oranges, haricots verts, persil) et zinc (volaille, poisson, céréales).

Je consomme du thé vert et du curcuma tous les jours, pour accroître mon taux de sérotonine et dopamine. Le curcuma aurait un effet préventif sur les cancers et augmenterait l’activité neuronale. Tandis que le thé vert est reconnu pour diminuer l’inflammation et agirait comme antidépresseur naturel puisqu’il inhibe une enzyme du cerveau (monoamine oxydase) responsable du blocage de l’adrénaline (hormone du stress) et de la sérotonine (hormone de la bonne humeur).

Je suis plus à l’écoute de mon deuxième cerveau, mon intestin, organe que j’ai tant dénigré, dont le rôle est prédominant sur mon bien-être. J’y apporte les bactéries nécessaires afin de protéger ma flore intestinale. Une consommation juste, d’aliments fermentés (yaourts, cornichons, choucroute) sont des alternatives intéressantes pour diminuer le stress et accroître la bonne humeur.

Je ritualise chaque repas, considérant chaque nutriment nécessaire à mon organisme et je savoure en Pleine Conscience.

Je fais le lien avec ce qui est polluant pour mon être, mon esprit et indirectement, ce qui l’est pour notre planète.

En Douce Conscience,

En Douce Harmonie,

Rose P

 

Laisser un commentaire