Capter le flux

Vous est-il déjà arrivé de plonger dans une activité qui vous absorbe pleinement, à tel point d’en oublier le reste ? Un état d’absorption totale à l’instant présent, où convergent potentiels, talents, concentration et plaisirs.

Mihály Csíkszentmihályi, psychologue hongrois, est le fondateur de ce concept, prénommé état de “flow”. Ce phénomène est notamment observé dans le processus créatif. Ce qui laisse à penser que l’acte de création est plus gratifiant que l’oeuvre elle-même.

Pour trouver ce flux, il s’agit de vivre l’expérience créatrice, en y mettant la tension juste entre ennui et angoisse, trouver l’équilibre juste entre compétences et difficultés.

En réalité, toutes les tâches quotidiennes nous permettent de plonger dans cet état de flux, même les plus rébarbatives. Il suffit de s’entraîner à vivre des expériences captivantes et optimales pour s’assurer une existence plus heureuse. Le plaisir tiré est alors, durable, revigorant, naturellement euphorisant.

Cependant, lorsqu’une tâche est maîtrisée dans le “flow”, il faut être attentif à ne pas sombrer dans l’ennui. Il s’agit alors de cultiver un maximum, nos talents.

L’expérience du “flow” nous permet d’apprécier davantage l’existence, de trouver du sens et de retrouver de l’intensité.

En cherchant toutes les occasions de flux, nous repoussons les limites du corps et de l’esprit. Nous nous donnons à vivre de nouvelles choses.

Pour maintenir cet état, il est nécessaire de contrôler et canaliser toute son attention sur une tâche, afin de contrôler l’expérience elle-même.

En ce qui me concerne, je goûte pleinement à cette expérience lorsque je m’adonne à la peinture, lorsque je dessine, lorsque je fais de la couture ou encore, du garnissage.

Déployer sens de l’effort et créativité, sortir simplement de sa zone de confort. Et vivre pleinement le présent.

Laisser un commentaire