Prendre Conscience de ses Émotions et cheminer vers ses Sentiments

Les Passions nous déchaînent, elles nous animent et marquent l’Histoire de notre Humanité, à l’instar de la raison.

Par les règles qu’elles nous imposent, nos Sociétés tentent vainement de les réprimer, de les disqualifier afin d’éviter le chaos.

Pourtant, un juste équilibre entre notre état émotionnel et rationnel, suffirait à changer la face du Monde.

Depuis plusieurs années, des études de grande envergure démontrent que la dominante rationnelle entraîne un dysfonctionnement de l’état psychique de nos enfants.

Touchés de plus en plus tôt par la dépression, ils sont de plus en plus nombreux à être anxieux, inquiets, coléreux et impulsifs.

Un constat désastreux que soulève Daniel Goleman, auteur du livre best-seller, “l’Intelligence Émotionnelle“.

Ce dernier préconise une éducation tournée davantage vers l’analyse et le contrôle des nos sentiments, de nos émotions et ceux d’autrui.

La Conscience de Soi, la maîtrise de Soi, l’empathie, une attention portée vers autrui, la résolution des conflits, le Sens et la coopération, devraient selon lui, être intégrés au programme scolaire, en complément d’un bon accompagnement parental.

Le rôle des émotions 

Les émotions ont une fonction biologique vitale qui nous poussent à passer à l’action.

Selon son étymologie, e signifie vers l’extérieur, motion signifie se mouvoir.

Ainsi, la colère peut nous pousser à faire un geste de riposte.

La peur peut nous pousser à fuir ou se protéger.

Le bonheur limite l’inquiétude et accroît notre énergie vitale.

L’amour, la tendresse et la satisfaction sexuelle entraînent le calme et l’apaisement.

Tandis que la tristesse, si elle perdure, entraîne une baisse d’énergie et peut évoluer en dépression.

Système limbique et néocortex

Le siège de nos émotions se situe dans la partie supérieure du tronc cérébral périphérique, le système limbique. Ce dernier, s’est développé en plusieurs couches cérébrales, créant un néocortex, siège de la pensée.

Notre cerveau, dans son évolution anatomique, subit le pouvoir des émotions.

Ainsi, notre esprit jongle continuellement entre rationnel et émotionnel.

La mémoire active, dans le cortex préfrontal, développe nos réponses analytiques et permet de nous concentrer.

La mémoire affective, dans l’amygdale, commande toutes les émotions.

Lorsque le cortex préfrontal dysfonctionne, la vie affective est défaillante et les émotions sont mal maîtrisées.

Une harmonie entre les deux, influence une prise de décision rationnelle et impacte sur nos choix de vie.

Considérant les dégâts occasionnés par les sentiments négatifs (fureur, dépression, anxiété, etc.), un développement des aptitudes optimistes et empathiques est de rigueur. Les répercussions sur notre santé n’en seraient que bénéfiques.

Le juste équilibre entre les émotions positives et négatives contribue donc, à notre bien-être. Pour autant, il ne s’agit pas de bannir les émotions négatives. Mais les accepter, les accueillir, s’apaiser et se calmer, entraîne une autre qualité de vie.

7 compétences clés sont à développer, dès la naissance :

  1. la confiance
  2. la curiosité
  3. l’intentionnalité
  4. la maîtrise de soi
  5. la capacité d’entretenir des relations
  6. l’aptitude à communiquer
  7. la coopérativité

Un panel émotionnel très vaste

Il existe autant de nuances émotionnelles que de nuances de couleurs.

La sophrologie permet d’explorer plus finement notre panel émotionnel.

En s’accordant quelques instants, plusieurs fois par jour, il sera plus aisé d’identifier son ambiance émotionnelle.

D’une simple joie, en passant par une euphorie exaltante, s’offrir un instant, afin de laisser venir l’ambiance du moment.

En douce Conscience,

En douce Harmonie,

Rose P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire