Reconnaître ma Responsabilité impactant sur l’équilibre de la Nature

Responsabilité, autonomie et authenticité, tel est le dessein résultant d’un cheminement sophrologique individuel.

L’exploration de chaque intelligence (corporelle, émotionnelle, intuitive, rationnelle, transcendante), éveille et élargit notre Conscience à des ressources, des impulsions nouvelles, poussant à des actions plus justes, qui font sens, dans notre existence.

Poser les bases par le corps, reconnaître ses besoins et ses valeurs par les émotions et apporter du sens par l’intuition.

Castelnou, Pyrénées-Orientales

Ainsi, au fil de mes explorations intuitives, plusieurs révélations ont émergé.

Dont une, qui se manifeste avec insistance depuis plusieurs semaines, me confrontant à ce que je suis.

Une particule infime et éphémère dans cet Univers. Espace intérieur de vie et de matière. Je suis terre, je suis eau, je suis air et je suis feu. Chaque élément de la Nature se confond et trouve son juste équilibre.

Nul ne peut défier, nul ne peut dompter, nul ne peut perturber cet équilibre, sans en payer le prix fort. Or, les générations présentes et les générations futures ont une dette écologique immense.

Nos actions du passé et nos actions du présent entraînent un déclin inexorable sur notre environnement : les éléments se déchaînent et certains écosystèmes disparaissent. En 2016, les scientifiques ont qualifié notre ère d’anthropocène, où l’activité humaine (productivité, extractivisme, consumérisme) est devenue la force géologique souveraine, au détriment des forces de la Nature.

A l’heure où j’écris ces lignes, l’Humanité a épuisé toutes ses ressources, chaque hémisphère de la Planète suffoque, les océans et les mers sont devenus le réceptacle de plus de 150 millions de tonnes de déchets plastiques, menaçant certaines espèces du monde marin.

Tout est lié. Absolument tout.

Le courant bouddhiste reconnait l’impermanence des choses, il considère cela comme étant une chance de porter un changement notoire et positif, car c’est bien parce que rien n’est immuable que tout changement est possible.

En Conscience, un sentiment mêlé de peine, de révolte et de culpabilité a émergé.

En Conscience, un élan soudain. Une envie profonde de modifier radicalement mes habitudes.

En Conscience, admettre ma part de responsabilité.

Baleine géante construite par des architectes new-yorkais (Studio KCA), à partir de 5 tonnes de déchets plastiques récoltés dans le Pacifique, à l’occasion de la Triennale Bruges 2018.

Se déplacer et consommer, un acte éthique et responsable

D’après l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), un trajet quotidien de 2 km en  voiture, rejette 221 kg de CO2 par an. Ce qui fait de la voiture le mode de transport le plus polluant, au vu de son utilisation, par habitant. En seconde position, l’avion, qui peut émettre 241 kg de CO2 par passager, pour un trajet de 500 km (une voiture en émet 170 kg sur la même distance). Avec l’avènement des compagnies aériennes low-cost, la tentation est très grande de s’évader ailleurs, au prix d’une bouchée de pain, plusieurs fois par an. Or, le train reste le moyen de transport le moins polluant et nous permet de vivre à un rythme plus lent.

Le choix de notre alimentation a un impact immense sur notre empreinte carbone.

La transformation, le stockage des produits alimentaires, la production agricole usant de pesticides et d’insecticides à outrance, la production outrancière de viande, de produits laitiers, etc. Tout cela génère un pourcentage élevé d’émission de CO2. Selon une étude récente, un habitant de Belgique, émet en moyenne 1,056.53 Kg de CO2 par an, uniquement par sa consommation de produits d’origine animale.

Sortir de notre zone de confort, de nos habitudes de masse, préserver notre corps et notre esprit de tout ce qui est toxique. Se nourrir en Douce Conscience, se mouvoir en Douce Conscience, produire moins, produire mieux, en Douce Conscience. Autant d’initiatives relevant du bon sens et qui ne font pas l’unanimité. Impopulaires, elles suscitent parfois le mécontentement. Or, seules nos actions individuelles permettront de subsister dans cet ensemble.

Prendre Conscience, chaque jour, de nos actions qui impactent sur l’équilibre.

Prendre Conscience, que respecter l’équilibre de la Nature, c’est préserver notre Humanité.

Rose P

Laisser un commentaire